Mode nuit

DCS : Module EF-2000 Interview de Gero et TOM de True Grit (VF)

DCS : Module EF-2000 Interview de Gero et TOM de True Grit (VF)

Nouveaux venus dans l’univers des modules de DCS, l’équipe de True Grit débute avec un projet ambitieux : modéliser un Eurofighter 2000 dans l’univers DCS. Machine moderne et complexe, ce module pourrait devenir le chasseur le plus performant de DCS. Le challenge est donc conséquent et il nous semblait intéressant d’en savoir plus sur ce projet.

Version anglaise

English vesion

English version

Checksix:

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter, passé et futur proche ? et qu’est-ce que True Grit et pourquoi le choix de l’environnement DCS pour développer ce module.

Gero (True Grit):

Bonjour Checksix, merci de nous recevoir sur votre site. Mon nom est Gero FINKE, je suis le CEO et fondateur de True Grit. J’ai 50 ans est mon passif est quasiment 100% militaire. J’ai servi dans l’armée de l’air Allemande, la Luftwaffe pendant près de 30 ans. Je suis donc Lieutenant-Colonel (retraité) et ancien pilote de chasse. J’ai volé sur le puissant F-4 Phantom II pendant 10 ans, je suis ensuite devenu instructeur combat et, en 2003, je suis devenu pilote instructeur sur l’Eurofighter Typhoon. J’ai eu l’honneur d’être un des 10 premiers pilotes de la Luftwaffe à être entrainé par le fabricant pour préparer le déploiement du premier escadron d’instruction sur Eurofighter à Laage (situé au Nord Est de l’Allemagne).

J’ai piloté l’Eurofighter 15 ans. Pendant cette période, j’ai gravi les échelons pour passer d’instructeur à Squadron commander, ops, groupe commander et j’ai finis ma carrière en tant que commandant de la base du fameux Richthofen Jagdgeschwader. Début 2018, j’ai pris ma retraite de militaire et débuté ma carrière dans l’industrie informatique.

Toute ma vie, j’ai été un grand fan et enthousiasmé par la simulation de vol militaire. J’ai même construit mon propre cockpit basé sur Falcon 4 à la fin des années 90. Pendant toutes ses années, j’ai suivi de près le développement des casques VR. Après mon départ de la Luftwaffe, c’était pour moi un petit pas que d’avoir l’idée d’essayer de proposer à la communauté l’Eurofighter, d’autant plus que l’appareil ne dispose pas vraiment de visibilité dans ce domaine.

DCS est la plateforme logique pour le faire, c’est une base excellente pour une simulation militaire, avec de superbes graphismes et le support de la VR. Le simulateur dispose également d’une large communauté d’utilisateurs. J’ai donc fondé TrueGrit ; recherché des professionnels du code et des artistes 3D provenant de la communauté du Flight Sim et lancé le projet.

J’ai choisi le nom de « TrueGrit » (littéralement le vrai courage) pour ce qu’il évoque : courage, bravoure, endurance. Je pense que ce sont des synonymes appropriés pour une entreprise aussi audacieuse. Pour faire court « no guts no glory », soit, sans risque, pas de gloire.

 Tom (True Grit):

Merci pour cette opportunité de s’exprimer. Mon nom est Tom Grüninger et je suis le lead Test Pilote et responsable du développement VR chez TrueGrit. J’ai 36 ans et mon passé est également Luftwaffe (armée de l’air Allemande). J’ai volé sur Eurofighter pendant 10 ans. J’ai été l’un des premiers pilotes formés directement sur cette machine, sans avoir piloter d’autre chasseur auparavant. J’étais fan d’informatique et j’ai commencé directement sur le premier avion « informatisé » de la Luftwaffe. Avant true Grit, j’étais donc Flightcommander de l’escadron 71 “Richthofen”. Gero a été mon boss pendant mes années au Jagdgeschwader “Richthofen” et nous avons volé quelques « vraies » missions ensemble ; ce qui est plutôt sympa car aujourd’hui nous pouvons continuer à nous affronter directement dans DCS

Checksix :

A la vue de votre passé, l’Eurofighter est effectivement un choix logique. L’environnement DCS ne propose pas de machine aussi moderne. L’arrivée de l’Eurofighter peut bouleverser les équilibres du jeu tel un Uberplane. Quelle est votre sentiment à ce sujet, comment voyez-vous le Typhoon vis-à-vis des autres machines disponibles sous DCS. ?

Gero (True Grit):

La question de l’équilibre est évidement un sujet de discussion. La communauté semble divisée et de manière assez tranchée. Je pense que le fait qu’il y aura de plus en plus de modules différents dans le futur va constamment faire évoluer l’environnement de combat. La communauté créera des missions et scenarios qu’elle aimera utiliser quelque que soit la constellation de modules. Si vous n’aimez pas certains modules ou en préférez d’autres pour des raisons personnelles ; vous les utiliserez comme bon vous semble. Au final, la question de l’équilibre s’équilibre d’elle-même (jeu de mots).

Tom (True Grit):

Avec le Typhoon, DCS aura le chasseur le plus moderne, c’est vrai. Si on regarde du point de vue de la manœuvrabilité par exemple, il sera absolument étonnant pour certaines personnes et leurs opposants, auront, si bien exploité, aucune chance. Mais je pense, comme l’a souligné Gero, que les scénarios seront créés en conséquence. Ils choisiront leur propre équilibre des forces. Et s’ils éprouvent des difficultés en BFM, ils choisiront de piloter le Typhoon 😊.

 

Checksix :

Comme tous les chasseurs modernes, l’Eurofighter Typhoon évolue, est upgradé : nouveau radar, nouvelles armes…
Quelle version pouvons-nous espérer, avec quelles capacités. Sera-t-il possible de pratiquer de l’attaque au sol ?

Gero (True Grit):

Vous avez raison ! C’est aussi la raison pour laquelle il n’existe pas de vraie réponse à la question « quand est que le Typhoon sera fini ? ». Notre module verra ses capacités s’accroitre avec le temps.

Nous débuterons avec une version en accès anticipé comme la plupart des modules. Le Typhoon sera une plateforme Air-Air très complète à sa sortie. Nous avons récemment annoncé que nous incorporerons le missile infrarouge IRIS-T comme toute nouvelle munition dans DCS (missile destiné à remplacer les AIM-9 Sidewinder). Nous avons réussi à « embarquer » dans le projet Diehl Defence, le fabricant du missile. La modélisation de ce missile sera donc très précise. Nous regardons également si possible, pour implémenter le missile METEOR dans le domaine Air-Air. Les discussions avec MBDA sont en cours. Nous discutons volontairement avec les fabricants afin d’être capable de restituer un système crédible tout en respectant les contraintes de classification. C’est aussi pour cette raison que je ne souhaite pas détailler trop précisément les capacités de la machine pour le moment. La procédure pour être autorisé à reproduire certains systèmes et capacités est en cours, mais c’est aussi un travail de longue haleine.

C’est bien sur l’obstacle principal quand on essaye d’introduire un chasseur aussi moderne auprès du grand public et de la communauté des simers. D’un autre côté, nous ne souhaitons pas proposer une version totalement irréaliste aux utilisateurs. Cela nous rendrait peu crédible et contraire au concept général d’Eagle Dynamics. Cela signifie également que nous préfèrerions ne pas proposer une fonctionnalité, attendre un peu plutôt que de produire quelque chose de complètement artificiel ou faux.

Tom (True Grit):

Le Typhoon sera présenté en tant qu’intercepteur et Dogfighter dans un premier temps. Il est assez difficile d’utiliser toutes les armes Air-Air du Typhoon efficacement. Avec cette première version, la communauté sera déjà « submergée » par les capacités du Typhoon en AA couplé à l’avionique, le datalink et le système de casque.

 

Checksix :

Avec le JF-17, l’Eurofighter serait un des appareils les plus modernes. Une avionique moderne introduit les notions de fusion de données, d’interfaces nouvelles, parfois d’intelligence artificielle. Quels degrés de réalisme l’utilisateur peut espérer ?

 

Tom (True Grit):

C’est vrai, le JF-17 utilise la fusion de données et capteurs assez efficacement. Le Typhoon en fait de même. Par exemple, quand le radar détecte une cible, voir plusieurs, c’est directement envoyé aux autres alliés via le datalink. De cette manière, les alliés disposent de ces informations sur leurs écrans, voir projetés dans leur casque. En fonction du développement de DCS, nous donnerons la meilleure avionique de Typhoon à la communauté.

Comme fonctionnalité originale, je verrais bien l’HEA (Head Equipement Assembly), c’est le viseur de casque du Typhoon. Au départ, il ne disposera que des capacités Air Air, mais rien qu’avec cela, la communauté disposera d’une jolie fonctionnalité, tout particulièrement en utilisation combinée avec l’IRIS-T.

Le cockpit de l’Eurofighter comprend de nombreux boutons à à affichage contextuel, un cauchemar en perspective pour les simpitters.

Checksix :

Maintenant que nous savons à quoi nous attendre point de vue fonctionnalités globales, allez vous faire chaque version localisée de l’appareil (de nombreux pays sont utilisateur de l’Eurofighter Typhoon, et qui dit différents utilisateurs introduit parfois des versions spécifiques). Mono ou biplace, ou vous concentrez vous seulement sur la version monoplace pour le moment.

Gero (True Grit):

Nous ferons le lancement avec la version mono place allemande. La version biplace n’est pas prévue sur la liste car c’est un pur outil d’entrainement. La place arrière pour l’instructeur ne fait que répéter ce qui se passe en place avant. Cela signifie qu’on ne peut exécuter des actions différentes comme peuvent le faire le pilot et le RIO dans un F-14. Si vous pressez un bouton en place arrière, cela changera l’affichage à l’arrière et à l’avant de l’appareil, et vice et versa. Il n’y a pas de vrai travail de coordination de l’équipage. A mon sens il n’y a pas de bonne raison de faire un tel module.

Tom (True Grit):

C’est juste, le Typhoon est un chasseur monoplace. Après 5 vols dans la version d’instruction biplace, vous partez solo et l’instruction se fait depuis un appareil accompagnateur, pas via un passager. Votre instructeur vous forme lors du briefing, debriefing et évidement en l’air. Plus tard, lorsque vous êtes simple équipier/wingman, tous les ordres proviennent du leader voir d’autres appareils. Toutes les tactiques sont basées sur des concepts d’emploi de 2 à 4 appareils. Idem en Air Sol, donc pas besoin de biplace, vous voler en tant que pilote de chasse.

 

le cockpit en développement dispose d’une 3D soignée et détaillée

Checksix :

Développer un avion aussi complexe dans DCS ne semble pas être une tâche facile. Même pour Eagle Dynamics, il faut des années de travail pour fournir un appareil entièrement modélisé. Récemment, nous avons eu de bonnes surprises avec le F-14 de Heatblur ou avec le JF-17 de Deka Ironwork Simulation. Lors de leur sortie, ces modules étaient très avancés et opérationnels. Mais nous avons également des exemples inverses, des modules sortis bien trop vite. Qu’allez-vous essayer de proposer à la sortie ?

Gero (True Grit):

Je pensais déjà avoir répondu à cela. Le module sortira sous forme d’early access mais avec les modes Air-Air aussi complet que possible. Les modes Air Sol suivront plus tard.

Checksix :

Si construire et ajouter de nouveaux modèles 3D, textures semble une tâche aisée sous DCS ; la création complète d’un avion moderne est un sacré challenge. La programmation et l’avionique spécifique semblent être la tâche la plus compliquée. Comment gérez-vous cela et traitez cet énorme poste de travail.

Tom (True Grit):

Nous avons de talentueux codeurs et artistes 3D. Ensemble et couplé a notre « véritable » expérience du Typhoon, nous avons et aurons un beau modèle, réaliste. Comme Gero l’a indiqué, ici la classification et le timing sont les vrais challenges ; mais à la fin il y aura un module moderne et fun. Comme j’aime souvent le répéter : c’est une bête en combat tournoyant.

Ce panel se déploie pour révéler quelques instruments analogiques.

Gero (True Grit):

L’avionique de l’appareil est assez complexe, il est possible de customiser beaucoup d’informations selon vos besoins et préférences spécifiques. L’affichage des 3 MHDD (Ecrans multifonctions tête basse) est interchangeable. Beaucoup d’informations disponibles en permanence n’y sont pas toujours affichées. Seules celles qui sont utiles à la phase de vol en cours sont affichées. Par exemple, au sol lors du démarrage de l’appareil, vous aurez toutes les informations sur les moteurs, les emports et un écran de monitoring ou vous pouvez vérifier que tout s’initialise convenablement ou si certains éléments posent problème.

Après le décollage, la phase de vol change et les affichages moteur disparaissent automatiquement au profit de la page radar. En vol, sous condition normales, vous n’aurez pas d’information sur les moteurs ou l’hydraulique sur les MHDD ; tout simplement parce qu’elles sont inutiles. A la place, vous disposez de 2 pages radar et de la carte. Il est bien sur possible basculer vers les infos que vous souhaitez à tout moment. Le concept de gestion des informations du Typhoon est conçu pour ne donner au pilote que les données dont il a besoin à un moment spécifique afin qu’il se concentre sur ce qui est important. Comme vous le voyez, cela nécessite une programmation précise et c’est ce que nous faisons actuellement.

Sur le Typhoon, un panel peut en cacher un autre.

Checksix :

Maintenant, deux dernières questions…
Comment commenceriez-vous un combat, ou quels avantages de l’Eurofighter Typhoon utiliseriez-vous contre divers appareils hostiles ?

Tom (True Grit):

Être exactement à la corner speed 😉(Vitesse à laquelle la maniabilité et la conservation d’énergie est la plus intéressante).
C’est un sujet vraiment complexe qui dépend de beaucoup de facteurs. De plus cela concerne directement les informations classifiées donc je préfère passer sur cette question. On en rediscutera quand le Typhoon sera sorti, avec les 1ers retours d’expérience des utilisateurs.

Checksix :

Pour conclure, quel est votre meilleur souvenir aux commandes du véritable Eurofighter Typhoon ?

Gero (True Grit):

Il y a tellement de « meilleurs moments » aux commandes du Typhoon qu’il n’est pas facile de répondre. D’un point de vue purement « pilote », le ratio poids/puissance est à chaque fois ce qui arrive de mieux si vous avez une journée de travail qui a commencé mollement ou de manière désagréable. Grimper dans le Typhoon, passer la post combustion et après 8 secondes de grimpette verticale, le ciel vous grave un sourire sur le visage et le cœur pour le reste de la journée !

Du point de vue avionique, c’est très plaisant de disposer d’une belle vision du champ de bataille sur vos écrans via la liaison AWACS/GCI. Aller vers les menaces en ayant une bonne combinaison radar/armement rassure sur le fait qu’il va être possible de gérer tout ce qui se rapproche de vous sur l’écran radar.

Finalement, quand vous dogfightez contre n’importe quelle machine moderne et agile, savoir que vous êtes assis dans l’une des meilleures cellules conçues pour cette tache vous apporte la confiance et l’assurance que vous serez celui qui, plus tard, racontera l’histoire de ce vol fantastique au bar.

 Tom (True Grit):

Rien à ajouter 😊”

Checksix :

Merci à True Grit d’avoir joué le jeu et souhaitons à cette jeune équipe de développement le même succès que pour leur carrière militaire.

 

2 Comments
  1. John Doe
    18/10/2020 at 14:41 Reply

    Great interview.
    Having two separate variants – one Tranche 1 interceptor circa 2005 as realistic as possible, and one evolutionary multirole with additional features later. Personally I’m interested only in A-A with this bird, but I respect someone can have different preferences.
    This would widen realistic scenarios possible to make for mission creators and server owners.
    Thanks

  2. Kima
    31/10/2020 at 11:15 Reply

    Belle interview!
    Il est toujours intéressant d’avoir une idée du background des créateurs. Ici on mesure bien leur passion pour cet appareil et leur volonté de retranscrire ses capacités. Une bel opposant au JF-17! Et c’est tant mieux.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :